janvier 19, 2022
11 11 11 AM
Les députés européens critiquent le gouvernement slovène pour ses attaques contre les médias.
Erdoğan intervient après que la livre turque ait atteint son plus bas niveau face au dollar.
Un gang haïtien libère les derniers missionnaires kidnappés
Qu’est-ce que la puissance de conception thermique ? Explication
Derniers articles
Les députés européens critiquent le gouvernement slovène pour ses attaques contre les médias. Erdoğan intervient après que la livre turque ait atteint son plus bas niveau face au dollar. Un gang haïtien libère les derniers missionnaires kidnappés Qu’est-ce que la puissance de conception thermique ? Explication

Les députés européens critiquent le gouvernement slovène pour ses attaques contre les médias.

La résolution condamne le « climat d’hostilité, de méfiance et de polarisation » dans le pays qui assure actuellement la présidence de l’UE.

Le Parlement européen a réprimandé le gouvernement slovène pour ses « attaques, campagnes de dénigrement et calomnies » à l’encontre des journalistes et des critiques, dans un vote qui souligne l’inquiétude croissante concernant la menace pour la liberté des médias.

Des critiques des médias

Les députés ont soutenu une résolution condamnant le gouvernement slovène pour un « climat d’hostilité, de méfiance et de profonde polarisation » et cherchant à affaiblir les procureurs indépendants et à interférer avec les médias financés par l’État.

La résolution ne nomme pas le premier ministre slovène, Janez Janša, mais vise clairement le politicien nationaliste de droite, qui a traité les journalistes de menteurs et de « presstitutes », attaqué les journalistes d’investigation et promu les théories du complot.

Bien que la résolution ne soit pas contraignante, elle braque un projecteur gênant sur la Slovénie à la fin de ses six mois de présidence tournante de l’UE.

Les députés du Parti populaire européen de centre-droit, qui compte Janša parmi ses membres, ont largement voté contre le texte, bien qu’une poignée d’entre eux se soit abstenue.

La résolution a été adoptée par 356 voix pour, 284 contre et 40 abstentions, avec le soutien des groupes de centre-gauche, libéraux, radicaux de gauche et verts. Un amendement rédigé par un député nationaliste belge félicitant la Slovénie pour sa présidence « réussie » du Conseil de l’UE et notant que ses institutions fonctionnent bien n’a pas obtenu de soutien.

L’enquête du Parlement a été déclenchée par le retard de la Slovénie à nommer des procureurs au parquet européen, un nouvel organe chargé d’enquêter sur les fraudes au budget de l’UE. Deux personnes ont été nommées en novembre, mais le gouvernement les a depuis qualifiées de temporaires et a cherché à modifier les règles relatives à la nomination des procureurs, ce qui signifie qu’elles pourraient être révoquées.

Les règles d’urgence de la Slovénie en matière de Covid ont également fait l’objet d’un examen minutieux, les députés s’inquiétant de la « pratique continue de la règle par décret » sans examen parlementaire.

L’une des préoccupations les plus fortes concerne la liberté de la presse, après les pressions exercées par le gouvernement sur l’agence de presse slovène (STA). Le gouvernement de M. Janša a retenu la subvention publique prévue par la loi pendant la majeure partie de l’année 2021, amenant l’agence au bord de la faillite. La plupart de l’argent a depuis été payé, mais au moins 507 000 euros restent impayés, selon le Parlement européen.

De même, les députés ont demandé au gouvernement slovène d’assurer un « financement suffisant » et de « cesser toute interférence et pression politique » sur la chaîne de télévision publique RTV Slovenia.

Suivant le modèle du gouvernement de Viktor Orbán en Hongrie, Janša a cherché à limiter l’indépendance des médias financés par l’État. Il a qualifié l’agence de presse slovène de honte nationale et a tenté de destituer son directeur général. Sur Twitter, il a accusé un journaliste de RTV Slovenia de mentir lorsqu’il a comparé les dépenses de santé aux dépenses militaires.

Le gouvernement slovène attaqué

Des personnalités slovènes anonymes et des membres du gouvernement sont également accusés par le Parlement européen de mener des campagnes de diffamation, de calomnier les critiques et de recourir à des poursuites judiciaires pour supprimer le journalisme d’intérêt public.

La Slovénie est classée au 36e rang du classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières, soit un recul de quatre places par rapport au classement de 2020. L’ONG s’est inquiétée de la criminalisation de la diffamation et des « attaques verbales calomnieuses » de la part de politiciens, une tendance qui, selon elle, s’est aggravée après que Janša est devenu Premier ministre en mars 2020.

Janša, qui était à Bruxelles jeudi pour un sommet des dirigeants européens, n’a pas encore répondu au vote. Lorsque des députés européens se sont rendus à Ljubljana dans le cadre d’une mission d’enquête en octobre, M. Janša a qualifié certains d’entre eux de « marionnettes de Soros », dans un tweet faisant référence au philanthrope hongrois George Soros qui s’inscrit dans les théories de conspiration antisémites.

L’image intégrée dans le tweet, supprimée par la suite, provenait d’un blog de haine radicale et représentait plusieurs députés européens de premier plan des Pays-Bas, dont Sophie in ‘t Veld, qui a dirigé la mission d’enquête du Parlement. Le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a condamné le tweet « dans les termes les plus forts possibles » et l’ambassadeur slovène a été convoqué pour entendre le même message.

M. Janša a répondu en demandant à M. Rutte et à M. In ‘t Veld de « protéger vos journalistes pour qu’ils ne soient pas tués dans la rue », une allusion apparente au journaliste Peter de Vries, tué par balles dans le centre d’Amsterdam en juillet.